Accident de la route : Assurance et dédommagement

Accident de la route

Dans un accident de la route, les démarches qui sont à entreprendre immédiatement après les faits sont très importantes pour définir qui est le réel responsable. Qu’en est-il de l’assurance et de la réparation des dommages ? Comment faire ?

Fournir des preuves du dommage

En principe, un accident est toujours dû à l’inattention ou la faute des deux conducteurs ou encore des usagers de la route. Afin d’obtenir un dédommagement, la victime est obligée de prouver l’existence et l’ampleur des dégâts. Elle devra aussi être capable d’expliquer le lien entre la faute commise ainsi que les dégâts encourus. Pour faire la constatation, il vaut mieux recourir à des spécialistes. On compte, par exemple, les médecins pour évaluer les dégâts physiques. Tandis que les dégâts matériels doivent être examinés par les experts en automobile. En tous cas, il est toujours nécessaire de faire appel à une assistance juridique.

Zoom sur les sanctions en cas de dégâts

Sachez qu’en cas d’accident, les deux parties peuvent toujours faire un contrat à l’amiable. Cela est effectivement possible si l’ampleur du dégât n’est pas très importante. Par contre, si aucun accord n’a été établi, le dommage sera généralement prononcé par le juge. De ce fait, avec l’aide d’un assureur juridique, il est possible d’obtenir l’assistance d’un avocat. Celui-ci fournira un conseil indépendant et gratuit et doit être spécialisé en droit de la circulation. En outre, il faut noter que si l’accident de roulage a été causé par une infraction au Code de la route, quelques sanctions peuvent être infligées. Celles-ci peuvent être des amendes, des peines de prison ou une interdiction de conduire.

Prise en charge des compagnies d’assurance

Généralement, la compagnie d’assurance prend en charge les victimes innocentes. Cela veut dire que ce sont les véhicules des conducteurs qui ne sont pas responsables de l’accident qui bénéficieront d’un dédommagement. Celui-ci peut toujours se faire, même si la responsabilité des autres personnes qui sont impliquées n’est pas encore reconnue. La victime peut alors recevoir une indemnité avant même que le problème ne soit résolu. Après cela, l’autre partie qui sera reconnue coupable sera obligée de rembourser l’assurance qui a avancé le montant de dédommagement. En outre, il faut noter qu’en cas d’accident de travail, ce règlement n’est pas valable.

Qu’en est-il des indemnités pour les piétons et les cyclistes ?

Reconnus comme des usagers faibles, les piétons, les cyclistes ainsi que les occupants d’un véhicule seront indemnisés de manière automatique. À savoir que le paiement doit se faire par l’assureur qui est responsable de l’un des véhicules concernés. Effectivement, cela sans tenir compte de la preuve que c’est le conducteur ou l’usager faible qui est le coupable. Ce système implique alors que ses frais médicaux seront remboursés. Par contre, si l’usager faible n’a pas subi de dégâts physiques, mais matériels, les frais à rembourser sont restreints. Ils ne concerneront que les frais des vêtements et les prothèses fonctionnelles. Cependant, pour les autres matériels comme le téléphone, il est indispensable de faire une réclamation sur la base d’une réglementation de la responsabilité civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close